Bitalza - Bocca di Funtanella - Source d'Oghju Griju

Source d'Oghju Griju après Bocca di Funtanella Arrivée en voiture à la fin de la piste carrossable de Bitalza et départ de la boucle à 10h10. Le chemin pour aller à Bocca di Funtanella était archi-connu de Dominique et de moi-même : montée sur la crête de Bitalza par la piste de la chapelle, Bocca di Arjetu, Bocca di Morellu, contournement de Punta Furcuta et redescente sur un col intermédiaire avant d'atteindre Bocca di Funtanella. C'est un sentier plutôt bien tracé pour la Cagne et il est même balisé en jaune un peu pâli avec des balises erratiques, "à la corse" quoi. Il comporte une variante de chaque côté de la crête dans la partie col d'Arjetu - col de Morello. Arrivés à Arjetu à 10h30, nous avons emprunté la variante SW en montant par la gauche de l'arête SE de Punta di Compolelli et avons atteint le col de Morello à 10h55.

Col d'Arjetu : Dominique Montée au col de Morello par la variante SW : Punta Furcuta

Arrivée au col de Morello avec la vue vers le Sud

Nous parvînmes ensuite à Bocca di Funtanella à 11h30 et à la source d'Oghju Griju à 11h40. Cette source, appelée Occhio Griggio sur les cartes du Plan Terrier et du Cadastre Napoléonien, se situe juste après un abri-bergerie restauré et constitue le point de départ (ou d'arrivée) de la traversée de l'Arête de Partage vers Apaseu que je connaissais bien.
Dernière prise d'eau avant d'entamer la traversée par cette nouvelle voie de la Combe de Malpaseu...

Les environs de la source d'Oghju Griju

Traversée Source d'Oghju Griju - Uovacce par la Combe de Malpaseu

Arrivée dans la Combe de Malpaseu : retrouvaille avec des cairns La trace GPS que j'avais récupérée auprès de Gérard et que j'avais enregistrée sur ma montre montrait qu'ils avaient commencé par prendre la trace habituelle vers Apaseu après la source, puis qu'ils l'avaient quittée vers la G (S) 270m plus loin. Nous avons donc suivi les cairns qui montaient d'abord au-dessus de la source, puis obliquaient en ligne de niveau vers Apaseu. Au point de bifurcation, vers 11h55, nous pensions trouver une autre ligne de cairns en quittant l'altitude de 1200m, où se situe la trace d'Apaseu, pour gagner l'altitude 1300m, où se situe la combe. En fait, nous avons commencé par trouver quelques cairns dans la première partie de l'escalade de la raide pente qui monte vers la crête, mais ces cairns nous emmenant trop à droite (SW), nous avons essayé d'en retrouver plus à gauche (SE) pour nous rapprocher de la trace enregistrée par Gérard dont nous nous étions éloignés. Nous avons été ainsi amenés à traverser plusieurs pans de forêt dense sans pouvoir rejoindre la trace comme nous le souhaitions et avons abouti à un magnifique chaos de blocs non prévu dans notre cheminement ! Nous n'avions vu aucun cairn depuis un bon moment et étions 60m trop à droite de la trace de Gérard. Franchir ces 60m en revenant sur la G nous obligea à redescendre le chaos sur une trentaine de mètres d'altitude. Vers la fin de la descente, nous pûmes enfin 1°) distinguer très clairement vers la droite une sorte de clairière dans une zone enfin plane et sans blocs, sans aucun doute l'extrémité NE de la combe, 2°) apercevoir deux cairns qui indiquaient la trace qu'il nous aurait fallu prendre et que nous avions ratée. Arrivée à l'extrémité NE de la "Combe de Malpaseu" à 12h30.

Arrivée à l'extrémité NE de la Combe de Malpaseu

Il ne nous restait plus qu'à suivre les cairns que nous avions retrouvés pour suivre cette longue combe, sorte de passage-fondrière en versant NW de l'Arête de Partage. Longue d'environ 1200m, large de moins de 100m sur toute sa longueur, elle constitue une sorte de route gazonnée serpentant dans une forêt pas trop dense et bordée de chaque côté par des rambardes rocheuses de 10 à 30m de haut. Le terrain était tout de même plus facile qu'on ne le pensait à la lecture de Fabrikant, car si effectivement, elle était entravée par les blocs moussus, les branches et troncs issus de l'érosion de la forêt primaire et aussi par quelques ruisselets et trous d'eaux, elle était parfaitement plane et il paraissait impossible de s'y perdre. Sa direction NE-SW est constante d'une extrémité à l'autre et les parois rocheuses de part et d'autre empêchaient de la quitter ! Dans la traversée de la Combe de Malpaseu : approche de la paroi NW de la combe D'ailleurs, de temps en temps, la trace nous rapprochait d'une de ces parois qui nous montrait ses empilements de blocs. En outre, la trace était TRES cairnée, avec même un surplus de cairns inutiles mais que nous n'avons pas touchés. Les seules traîtrises rencontrées étaient les quelques rares passages où l'accumulation de bois morts, feuilles mortes, mousses, terres, etc... avaient constitué des zones d'effondrement où nous nous enfoncions subitement lorsque nous y mettions les pieds par erreur...
La ligne de cairns était tellement claire dans la combe que nous n'eûmes même pas besoin de consulter la trace GPS enregistrée. Ce ne fut qu'un bel enchaînement de clairières ensoleillées et de sapinières obscures, entrecoupé de temps en temps de zones de blocs plus denses, jusqu'à l'extrémité de la combe où, subitement, les cairns disparurent totalement. Il était 13h10.

Dans la traversée de la Combe de Malpaseu : les cairns dans une clairière de la combe Dans la traversée de la Combe de Malpaseu : les cairns dans une sapinière de la combe

Dans la traversée de la Combe de Malpaseu : ruisselet d'eau plutôt stagnante Dans la traversée de la Combe de Malpaseu : partie de terrain chaotique

Vers l'arrivée à l'extrémité SW de la Combe de Malpaseu : zone de blocs

A ce point, deux solutions pouvaient être envisagées :

  1. Continuer tout droit vers le SW en plongeant dans une zone de forêt plus dense et plus sombre
  2. Virer à 90° sur la D en allant rejoindre une zone ensoleillée et sans végétation mais encombrée de blocs

Nous choisîmes la deuxième solution qui était aussi celle pour laquelle avaient opté Gérard et ses amis, comme l'indiquait sa trace. La direction prise n'étant plus celle d'Uovacce, nous refîmes un virage à 90° sur la G 100m plus loin en visant une sorte de petit col d'où le chaos de blocs semblait couler. De l'autre côté du col, nous pûmes apercevoir la pointe 1301m autour de laquelle s'enroule Uovacce et Punta d'Uovacce, un peu plus haute sur sa droite. Ici, il nous fallait redescendre de la combe à 1300m d'altitude environ jusqu'à la plaine qui se situe 80m plus bas, en traversant un chaos rocheux pentu que l'on pouvait apercevoir presque en entier en dessous de nous. Pas très réjouissant comme passage !

Fin de la Combe  de Malpaseu : petit col à l'extrémité de la combe en vue d'Uovacce Fin de la Combe de Malpaseu : le chaos de blocs à descendre en vue de Punta d'Uovacce

Finalement, la descente s'effectua tant bien que mal car nous réussîmes à trouver des passages assez commodes. Au pied du chaos, nous avons retrouvé la forêt, celle entourant la plaine d'Uovacce, puis rapidement une trace cairnée confuse qui nous fit passer près de deux abris en murets avant de déboucher sur la plaine vers le milieu Est du croissant.

Arrivée vers la plaine d'Uovacce : un des deux abris longés Arrivée à la plaine d'Uovacce avec vue de la sortie de la trace

Arrivée à la plaine d'Uovacce : de la sortie de la trace, la plaine W d'Uovacce

Trois minutes plus tard, à 13h40, nous étions à la grotte-bergerie où nous nous sommes arrêtés pour déjeuner face à cette plaine, toujours aussi belle avec ses bruyères arborescentes en fleurs, sa vache (les vaches viennent en solo à Uovacce !), ses ruisselets et ses trous d'eau, ...

Abri-bergerie de la plaine d'Uovacce Partie W de la plaine d'Uovacce

Traversée Uovacce - Apaseu

Arrivée aux bergeries d'Apaseu Nous sommes repartis de l'abri-bergerie vers 14h10 pour rejoindre l'extrémité W de la plaine et prendre la trace cairnée vers Apaseu. Le départ y était toujours marqué d'un gros cairn devant un fourré de ronces de plus en plus dense !
Dans la traversée Uovacce-Apaseu : les restes de téléphérique (demi-roue) Cette trace s'avérait relativement aisée à suivre, sauf dans la zone de confluence avec une autre trace venant aussi d'Uovacce, mais plus à l'Est, où elle devenait confuse sur une centaine de mètres. Nous longeâmes les restes du téléphérique de l'Ortolu : système d'accroche, demi-roues, ... Des vestiges bien étranges dans ce coin perdu !

Dans la traversée Uovacce-Apaseu : les restes de téléphérique Dans la traversée Uovacce-Apaseu : les restes de téléphérique (demi-roue)

Peu après, la trace amorçait une longue descente sur Apaseu en longeant la RG d'une coulée de blocs en provenance d'un gigantesque entassement visible sur notre droite (Pointe 1296m sur IGN). Intelligemment disposés pour éviter tous les rochers, les cairns nous emmenèrent au ruisselet, toujours étonnamment aquatique, qui démarre au S des bergeries et conflue plus bas avec le ruisseau de Chiuva, celui qui longe les bergeries au N.
Arrivée aux bergeries à 14h55. Site toujours aussi plaisant et agréable, avec ses pelouses vertes abondamment arrosées en cette saison, ses ruines pittoresques et sa vue magnifique vers le Valincu à son extrémité W...

Dans la traversée Uovacce-Apaseu : les chaos de blocs monstrueux de la pointe 1296m

Bergeries d' Apaseu Le site d'Apaseu

Traversée Apaseu - Source d'Oghju Griju

Dans la traversée Apaseu-Funtanella : au col et à la bergerie Après une petite visite du site, nous sommes repartis en direction de Bocca di Funtanella, en traversant le ruisseau de Chiuva puis en prenant la trace cairnée qui se dirige vers le NE sur la RD de ce ruisseau. Nous avons d'abord remonté une pente rocailleuse, puis un court replat nous amena en lisière d'un sous-bois dans lequel la pente reprenait. Dans ce sous-bois, je constatai que deux traces bien établies pouvaient dorénavant être empruntées. Je pris la plus directe, droit sous le couvert végétal, au lieu de la trace plus à gauche que je prenais habituellement. A la sortie de la forêt, les cairns nous emmenèrent rapidement à une sorte de col herbeux, à proximité du point 1225m IGN, marqué par des vestiges de bergeries et de pacages, avant de continuer en ligne de niveau dans le versant NW de l'Arête de Partage.

Dans la traversée Apaseu-Funtanella : le premier sous-bois au-dessus d'Apaseu Dans la traversée Apaseu-Funtanella : au col, murets de bergeries

Ce fut ensuite la longue traversée à altitude constante qui emmène jusqu'au-dessus de la source d'Oghju Griju. Le problème était que les traces se démultipliaient désormais au minimum à trois, à des altitudes différentes, et qu'il était difficile de se prononcer sur la meilleure. Nous avons pris la plus haute et vérifié qu'elle était suffisamment bien cairnée pour éviter tout errement et, surtout, qu'elle permettait de franchir aisément les deux ou trois arêtes rocheuses devant être traversées sur le parcours. Arrivée à la source à 15h50.

Dans la traversée Apaseu-Funtanella : en surplombant Corbu e Tempesta Dans la traversée Apaseu-Funtanella : la ligne de cairns

Dans la traversée Apaseu-Funtanella : traversée d'une arête rocheuse Dans la traversée Apaseu-Funtanella : arrivée à l'abri près de la source

Retour à Bitalza

En approchant de Bocca di Funtanella : Punta Furcuta Ensuite, ce fut un retour sans problème jusqu'à Bitalza, de 15h50 à 17h10, en empruntant le chemin de l'aller, à l'exception de la descente depuis le col de Morello où nous prîmes, pour atteindre Bocca d'Arjetu, la variante NE en descendant par la gauche de l'arête SE de Punta di Compolelli.
Nous avons ainsi eu le temps de visiter le hameau de bergeries en y descendant par son extrémité W et en remontant vers la piste de la chapelle par l'extrémité E.

Retour à Bitalza : le hameau des bergeries dans la partie W Retour à Bitalza : le lieu de messe et les statues

Retour à Bitalza : le hameau des bergeries

Conclusion :

Dans la traversée de la Combe de Malpaseu : une des parois d'éperons rocheux Dans la série des parcours en boucle décrits depuis quelques articles sur ce Blog, celle-là n'est certainement pas la moins intéressante. Elle permet d'enchaîner les deux traversées "normales" (on doit pouvoir en trouver d'autres, mais il faut de l'imagination !) de la partie centrale de la Cagne au départ de Bitalza. La traversée Uovacce - Bocca di Funtanella par Apaseu est la plus classique et la plus facile à trouver, alors que celle la plus proche de "l'Arête de Partage", en utilisant la combe que j'ai dénommée "Combe de Malpaseu", est la plus compliquée à découvrir et est bien aussi mystérieuse que nous l'indiquait Fabrikant. Ces deux traversées sont assez dissemblables : celle d'Apaseu est dans une ligne de pente, alterne sous-bois, arêtes rocheuses, collets, avec vue surplombante sur la région de Corbu e Tempesta, alors que celle de Malpaseu est une combe plate de bout en bout, sans visibilité, avec sous-bois et clairières dont seules les extrémités offrent pentes raides, chaos rocheux et orientation délicate.

Principales caractéristiques techniques de cette boucle :

  • Longueur de la boucle : 15km - Entre 1048 et 1321m d'altitude - Environ 1130m de dénivelé positif et autant en négatif
  • Temps de parcours d'environ 7h. Notre horaire personnel a été de 6h en déduisant l'arrêt déjeuner, mais il faut tenir compte de notre connaissance préalable de la région
  • Parcours complexe, réservé aux pratiquants des randonnées à orientation délicate habitués à suivre les traces cairnées éthérées de Corse. Par contre, si l'on est sur la bonne trace, aucun gros obstacle, ni difficulté d'escalade...
  • La boucle doit pouvoir être aisément améliorée en montant directement de la source à l'entrée de la combe sans faire la petite boucle que la trace de Gérard nous a fait faire (Cf. carte). Il suffit de remonter les cairns au-dessus de la source et de ne pas obliquer à droite sur la ligne Apaseu : il serait étonnant qu'il n'y ait pas une ligne continuant à monter vers la combe... A vérifier ultérieurement pour mon compte personnel.

A noter qu'on pourrait réaliser cette même boucle à partir des bergeries de Naseu : Bocca di Tonnari, Barba Porca, Uovacce, Apaseu, Bocca di Funtanella, Malpaseu, Uovacce et retour par l'aller à Naseu. Distance estimée : 18,7km - Temps de parcours estimé : 9h - Dénivellation positive et négative : 1220m. Et, encore mieux, on pourrait faire une boucle fort agréable au départ de Vignalella au Nord et n'utilisant pas la traversée Apaseu - col de Funtanella : Vignalella, Bocca di Funtanella, Malpaseu, Uovacce, Apaseu, Vignalella direct. Distance estimée : 15,4km - Temps de parcours estimé : 8h - Dénivellation positive et négative : 1230m

Carte de la Cagna centrale avec la tracé de la boucle Malpaseu - Apaseu à partir de Bitalza Vous pouvez re-consulter sur la gauche de la page la carte de la partie de la Cagne avec la boucle parcourue.

Enfin, ci-dessous, le diaporama avec les photos provenant du parcours décrit ci-dessus :

Diaporama "Boucle en Cagna par Malpaseu-Uovacce-Apaseu"