Icone Blog Corse sauvage : retour Accueil

A Filetta - Rex Tremendae

Titre page Carte satellite de la Corse : Plan Site/Blog

Mot-clé - Monique Jérôme

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 03 septembre 2007

Massacre du GR 20 par deux "faibles femmes" en juin 2007 ! (Monique JEROME)

I Pozzi di Renusu Lorsque je reçus ce message de Monique en février dernier me demandant des informations pour "deux faibles femmes" à la recherche d'un débrayage possible depuis le GR 20 sur Basseta et Quenza par le Mare a Mare Sud, je ne pouvais imaginer alors que cela déboucherait sur une nouvelle contribution à ce blog à travers l'article reproduit ci-dessous relatant la réalisation effective du périple envisagé alors !
En fait, c'est François Despax qui a permis cette aubaine en renseignant nos deux randonneuses en quête de nouveautés et en leur demandant de nous envoyer le résultat de leurs élucubrations... ce qui fut fait fin juillet dernier à mon retour de vacances sur l'île.
C'est donc avec l'aimable autorisation de son auteur (Monique JEROME) que je retranscris ci-dessous la copie de la lettre que Monique a envoyée à ses amis à son retour de Corse et qui donne le compte-rendu de leur aventure de juin 2007.
Bien entendu, compte tenu des propos tenus par le gîte de Serra di Scopamena à l'encontre de la "trangression" du GR 20 qu'avait effectuée le groupe dont elles faisaient partie, j'espère que ce blog reccueillera les commentaires de ses visiteurs à l'égard d'un tel comportement et de telles opinions. En ce qui concerne la mienne (d'opinion), pas la peine de vous la donner puisque site et blog "Corse sauvage" sont justement issus (entre autres raisons diverses) de ma frustration à ne voir la Corse connue et parcourue que par les sentiers du GR 20 et de n'y rencontrer que des randonneurs conformistes, effrayés à l'idée de sortir des balises blanches/rouges et de leur topo "le GR 20 en 14 étapes".
Ma dernière anecdote à ce sujet ! Par une chaude journée de juillet dernier, vers 11 h du matin, j'ai rencontré un jeune randonneur égaré sur le Cuscione, près des bergeries de Cavallara, m'indiquant avoir perdu le GR 20 (?!?) et cherchant à le rejoindre : il n'avait ni carte, ni topo, ni boussole, ni altimètre et ne savait ni d'où il venait (dernier refuge ?), ni où il allait rejoindre le groupe de jeunes avec qui il était (le refuge qui a brûlé récemment ?!?). Je lui ai bien sûr montré la carte et comment rejoindre le GR 20 sous l'Alcudina par Bocca di Chiralba (trace désormais balisée en jaune vif !) puisqu'il savait quand même qu'il allait vers le Sud (!?!). Il a préféré aller consulter les habitants de la bergerie : sans doute pour cause de la faible confiance qu'il avait en mes indications ou de leur trop grande complexité pour lui. En plus, je faisais l'Alcudina ce jour-là et j'aurais pu l'accompagner. Résultat : je l'ai retrouvé vers 15 h un peu au-dessus des bergeries de Pedinielli lors de ma descente de l'Incudine après un long déjeuner au sommet. Les indications des "bergers" l'avaient fait revenir en arrière par la piste de Cavallare pour rejoindre le GR puis remonter à l'Alcudina qu'il était encore loin d'avoir atteint : épuisé, il s'arrêtait tous les 100 m et a dû arriver bien tardivement à Asinao...
Ce comportement éclaire bien la position ridicule exprimée dans les propos des gestionnaires du site de Serra di Scopamena... qui n'aboutit qu'à voir des moutons en file indienne sur ce sentier, incapables de savoir où ils sont, ce qu'ils voient, ce qu'ils pourraient faire..., et bien loin du comportement autonome recommandé par Corse sauvage !
Quant au sentier du Codi, ce n'est que par une certaine "fréquentation" qu'il restera trace du patrimoine inestimable que constitue ce vieux sentier de transhumance !

Lire la suite...