Fréquence/Surfaces des incendies en Corse de 1981 à 2019 :

Graphique fréquence-surfaces incendies en Corse de 1981 à 2019

Evolution aannuelle des incendies en Corse (fréquence et surfaces brûlées) de 1981 à 2019

Les droites de tendance indiquent nettement les progrès réalisés par La Corse en matière de DFCI au cours des 25 dernières années

Evolution 1980 - 2019 des tempêtes sur la France :

Distribution annuelle des tempêtes en France de 1980 à 2018

Répartition annuelle du nombre de tempêtes de 1980 à 2018

L'examen de ce graphique indique :

  • Une forte activité dans les années 1980, notamment de 1986 à 1990
  • Une faible activité dans les années 2000, notamment de 2000 à 2005
  • Une reprise de l’activité ces dernières années

Sur l’ensemble de la période, une légère tendance à la baisse est observée.

40 tempêtes majeures en France de 1980 à 2018

Recensement des 40 tempêtes majeures en France de 1980 à juin 2019 selon indice de sévérité

335 tempêtes répertoriées depuis 1980 :

  • 9 sont exceptionnelles
  • 33 tempêtes sont considérées comme fortes
  • 293 comme modérées

Comme précédemment, on constate que le nombre d’événements majeurs a été plus important pendant les décennies 1980-1989 et 1990-1999 que depuis les années 2000. Aucune tendance climatique ne peut être établie sur l’évolution de leur intensité.

Les 25 tempêtes majeures survenues entre 1980 et juin 2019

Les 25 tempêtes majeures en métropole de 1980 à juin 2019 par indice de sévérité décroissant

On constate que sur les 10 tempêtes dites exceptionnelles, une est survenue pendant la décennie 2000-2010 (Xynthia ), deux pendant la décennie 1990-1999 (Lothar et Martin) et 7 pendant la décennie 1980-1990.

En ce qui concerne les "événements extrêmes", il vaudrait peut-être mieux relire le dernier rapport du GIEC et le "Rapport spécial sur la gestion des risques de catastrophes et de phénomènes extrêmes pour les besoins de l’adaptation au changement climatique (SREX), 2012" pour constater ce que le GIEC dit de ces tempêtes et des évènements extrêmes de ce type, par exemple :
"Un faible degré de confiance est accordé à toute augmentation observée à long terme (40 ans ou plus) de l’activité cyclonique dans les zones tropicales (intensité, fréquence, durée), si l’on prend en considération l’évolution des capacités d’observation. Il est probable que les principales trajectoires des tempêtes extra-tropicales se sont déplacées vers les pôles dans les deux hémisphères. Les tendances observées relativement aux phénomènes de faible étendue, telles les tornades et les tempêtes de grêle, bénéficient d’un faible degré de confiance en raison de l’hétérogénéité des données et des limites que présentent les systèmes de surveillance".