Icone Blog Corse sauvage : retour Accueil

Get Adobe Flash player

Jacky Micaelli - Lamentu di Nicoli

Titre page Carte satellite de la Corse : Plan Site/Blog
Site Corse sauvage
Site Corse sauvage

Blog Corse sauvage

Corse sauvage

"A chi in Corsica si ne va, e so forze truvera !"

Emoticones

Dernières infos !

  • Boutons de partage en haut d'article Pour répondre à une demande de "jeunes" souhaitant "partager" sur leurs réseaux sociaux et pour leur faciliter le Copier-Coller nécessaire, installation d'un bandeau avec 5 icônes (Facebook, Twitter, Google+, Mail, Autres services) et une bulle de comptage donnant aussi accès à tous les services en haut et en bas de chaque article !
    Boutons de partage en bas d'article Utilisation des services du site AddThis où il faut s'inscrire pour bénéficier de services gratuits du genre de ce bandeau de partage ou de services payants professionnels beaucoup plus compliqués avec statistiques, comptages, pubs, ...
  • Pour que les visiteurs aient accès facilement à la liste de TOUS les articles du Blog (titres uniquement), cette liste est désormais disponible sur le bas du bandeau de droite de TOUTES les pages !

vendredi 05 décembre 2014

L'arche de Caprunale (Olivier HESPEL)

L'arche de Caprunale Difficile de me rappeler l'origine de cette idée qui nous a amenés, Olivier et moi-même, à nous intéresser à cet objectif de l'arche de Caprunale ? Peut-être la publication du topo de Frédéric Chevaillot sur le sujet qu'il avait publiée début 2014 dans son Guide Rando Haute-Corse que j'avais remarquée comme concurrent du Guide Multi-Evasion Glénat haute-Corse à l'époque de sa publication en avril dernier... En fin de compte, c'est Olivier qui proposa de mettre cet objectif au programme de l'été 2014 et c'est le week-end des 12 et 13 juillet que nous l'avons tenté à trois, nous deux accompagnés de Francè, le chasseur-marcheur de Cervione. Avortée pour cause de forte nébulosité, cette première tentative fut suivie d'une deuxième à laquelle je n'ai pu participer qui permit à mes deux co-équipiers de réussir un beau parcours les deux journées des 11 et 12 août 2014 alors que la météo avait enfin decidé d'être clémente après un printemps et un début d'été plus que maussades.

Ce n'est donc que la première partie de l'article sur le parcours de juillet que j'ai rédigée ci-dessous, alors que celle relative à la réussite d'août a été écrite par Olivier dans la deuxième partie :

Carte des vallons de Tula et de la Haute-Lonca avec les traces des 12 et 13/07/2014 Carte des vallons de Tula et de la Haute-Lonca avec les traces des 11 et 12/08/2014 Pour suivre plus facilement les détails de l'article, vous trouverez ci-contre, à gauche la carte avec le tracé de la première tentative de juillet 2014 (en bleu : la trace de la boucle Fer-à-Cheval - Puscaghja - en rouge : la trace de la montée incomplète vers l'arche du 13 juillet) et à droite la carte avec le tracé de la réussite d'août 2014 (en rouge : la trace de la journée du 11 août - en bleu : la trace de la journée du 12 août).

Lire la suite...

lundi 13 octobre 2014

Le col de la pointe Traunatu 1711m en Popolasca

Au col sous la pointe Traunatu 1711m : les aiguilles autour de Cima Laggiaru Le massif de Popolasca m'est quasiment inconnu puisque je n'y ai réalisé, il y a bien longtemps, que le parcours classique de Cima a I Mori. Après les divers raids (et articles sur ce blog !) de mes amis Caro, Olivier et David, plus quelques commentaires de visiteurs indiquant de multiples possibilités dans ce massif, toutes plus compliquées les unes que les autres, je souhaitais trouver une opportunité d'y retourner...
Ce fut chose faite autour d'une idée envisagée avec Olivier à partir des renseignements fournis par Antoine Colombani, d'abord en commentaires de l'article "Randonnées caroliniennes - 2 (Caroline PAULIAN)" de janvier 2012, puis de l'article "Raid Ascu - Popolasca mai 2014 (David ABADIE)", concernant le chemin de montée ancestral d'Ascu à Vetta di Muru. Faute de carte et de trace, Olivier avait tenté de reconstruire une trace plausible à partir des explications fragmentaires d'Antoine et l'avait contrôlée avec la carte IGN et l'examen combiné de Géoportail et Google Earth avec les versions 3D proposées par ces deux sites (quand le plugin de Géoportail daigne fonctionner !).

C'est cette trace que nous étions décidés à aller reconnaître fin septembre dernier à l'issue d'une longue période météorologique pas très clémente sur la Corse qui nous avait gratifiés d'une couverture basse nuageuse tout au long du mois, particulièrement sur la côte Sud-Est de l'île...

Carte du massif de Popolasca entre Ascu et Vetta di Muru et le sommet du Traunatu avec le parcours du 28/09/14 en rouge et en pointillés roses l'itinéraire supposé vers Vetta di Muru La carte IGN sur la gauche de la page pour visualiser le tracé de l'itinéraire permettant de réaliser la partie la plus physique du parcours (de 450 à 1650m d'altitude, marqué en rouge), mais sans doute la plus facile sur le plan orientation et recherche de passages avant le tronçon non réalisé marqué en pointillés roses pour rejoindre Vetta di Muru.

Lire la suite...

mardi 30 septembre 2014

U Giru di Vangoni

La remontée du ruisseau d'U Candelli après la descente depuis Bocca Pulischellu (photo Victor Gomis) Les pratiquants de la randonnée sportive et, en particulier, du "ravinisme" en Corse connaissent bien l'itinéraire du massif de Bavella qui a été baptisé "Giru di Vangoni" et qui est considéré comme le "must" de la pratique sur l'île !

Il consiste dans l'enchaînement des deux grands ravins de Bavella, Pulischellu et Purcaraccia, en les reliant par une traversée proche de la crête Furnellu - Muvrareccia des plus hauts sommets du massif. Habituellement parcouru dans le sens remontée du Pulischellu et descente de la Purcaraccia, ce parcours est long d'un peu plus de 10km avec plus de 1500m de dénivelé positive et négative et cumule les difficultés rencontrées sur les circuits hors pistes en Corse : remontée de ravins étroits avec nombreux ressauts infranchissables à contourner, plusieurs pas d'escalade ardus pour un randonneur, recherches de passages, problèmes d'orientation dans la liaison en traversée des deux ruisseaux, descentes raides dans terrains mixtes de blocs, éboulis, ronces et pentes terreuses,...

Les aiguilles du Pulischellu : Punta Rossa, U Candellu, U Candellonu, ... Son histoire est assez édifiante et remonte à une époque où les deux ravins méritaient bien de représenter symboliquement le "wilderness" corse puisque le Pulischellu n'avait a priori jamais été remonté (sauf dans sa partie très proche du pont sur la D268) avant les années 1970 et la Purcaraccia n'avait vu la visite de ses vasques et de son ravin aval que par des ouvriers italiens qui exploitaient le bois dès la fin du 19ème siècle à la confluence avec le ravin de Nura dans une "usine à bois" proche du point IGN 989m. La première exploration du Pulischellu date de septembre 1975 et est le fait d'une petite équipe de grimpeurs marseillais (Guy Allard, Ode et Jean-Philippe Bourley, Marlène et Marc Chabert, Jean-Marie Ricciardi, Jacqueline et Bernard Vaucher.) dont cinq d'entre eux conquérirent la Punta Pulischellu via l'arête de l'Ecureuil le 05/09/1975, tandis qu'une autre équipe continuait d'explorer le ravin. La suite de l'exploration de ce ravin continua à être poursuivie par ces mêmes grimpeurs, accompagnés par d'autres comme Bernard Bouscasse, Michel Charles, Jean Lefèvre et Jean-Paul Quilici, pour la conquête des autres parois de cette région reculée (A Taula, U Candellu, U Candellonu, Punta Pulischellu, Punta di a Calancona). Le Giru lui-même ne fut envisagé et réalisé qu'en août 1979 avec bivouac par Ode Bourley, Jacqueline et Bernard Vaucher et ne fut répété que 9 ans plus tard en août 1988 par Elisabeth de Bouard, Jacques Moliné et Francis Thibaudeau. A l'époque, les deux ravins étaiet dépourvus de toute fréquentation, y compris à leurs extrémités, et ce n'est qu'à la fin des années 1990 avec la vogue des "piscines naturelles" que canyoneurs et "pataugeurs" sont venus s'agglutiner dans leurs vasques et cascades...

Le haut-ravin de la Purcaraccia (Photo Victor Gomis) Ayant déjà parcouru plusieurs fois ces ruisseaux, le Pulischellu (4 fois en fait) depuis les années 1980 avec sortie vers Bocca di u Santu ou Bocca di Maru et la Purcaraccia (8 fois jusqu'à Punta Malanda et 1 fois jusqu'à la confluence Puracaraccia - Nura), il ne me manquait plus que la traversée entre les deux ruisseaux et la descente de la Purcaraccia supérieure pour terminer ce parcours. Néanmoins, je ne pus trouver l'opportunité de le faire et, depuis l'année dernière et les problèmes physiques, je craignais les risques associés à un parcours en solo ! Aussi fus-je bien content qu'Olivier me propose de le faire avec moi après la saison touristique, sachant qu'à plusieurs les risques étaient amoindris...

C'est donc les 13 et 14 septembre derniers que nous mîmes en route à trois pour ce périple, Olivier (Hespel), Victor (Gomis) et moi-même, après l'abandon du quatrième candidat, Francè, pour cause de problème de voiture :

Carte Bavella-Giru di Vangoni Pour suivre l'itinéraire du Giru, il vous suffit de consulter la carte sur la gauche de la page avec le parcours estimé en rouge et ma trace GPS prise depuis le ruisseau d'U Candelli en vert fluo avec les multiples aberrations qui rendent les GPS presque inutilisables en ravins ou à proximité de parois verticales...

Lire la suite...

samedi 06 septembre 2014

Le téléphérique du Carciara

Plate-forme sommitale : la fin des câbles métalliques au 2ème piton rocheux Parmi les mystères du Haut-Cavu, l'un d'entre eux est celui de cette ancienne exploitation de bois dans les plus lointains affluents du Cavu, Frassiccia, Velacu, Carciara et Mela. Tout un ensemble de vestiges, particulièrement visibles dans la spectaculaire et formidable "brèche du Carciara", se laisse découvrir par les explorateurs actifs de cette partie du massif : les restes d'un ancien chemin d'exploitation (déjà décrit dans l'article du blog, "Le Chemin d'exploitation du Carciara") et les nombreux morceaux métalliques (gros câbles, morceaux de roues, restes de pylônes, ...) de ce qui semble être un ancien téléphérique utilisé pour le bardage du bois et que nous allons aborder dans le présent article.

En mettant bout à bout les différentes trouvailles relatives à ce téléphérique, on peut essayer d'imaginer son parcours, ce qui sera fait plus loin dans l'article, mais il n'en reste pas moins un "mystère" que cette usine à bois située loin de toute civilisation et les méthodes de son exploitation, chemin de bardage et téléphérique...
Je n'ai trouvé aucune trace sur Internet ou dans les livres sur la Corse de cette exploitation du Carciara et, localement, les gens du coin que j'ai pu interroger n'ont pas pu m'indiquer grand chose. Il serait donc intéressant que les visiteurs de ce blog qui pourraient être au courant de cette ancienne exploitation, de son histoire, de ses dates de services, etc... puissent nous remonter les informations qu'ils pourraient avoir à ce sujet !

Lire la suite...

samedi 16 août 2014

Remontée du canyon du Niffru en Haut-Cavu

En amont de la 2ème cascade du Niffru Outre ses caractéristiques d'absence de sentiers et de fréquentation, la région du Haut-Cavu réserve bien des surprises que l'on ne s'attend pas à trouver dans un massif aussi peu connu et d'aussi petite superficie. Le canyon du Niffru en est une belle, difficile à trouver sauf par les curieux à l'affût des ravins raides et susceptibles de fournir un canyoning pouvant permettre de s'extraire de la "populace" des canyons de Bavella, Pulischellu, Purcaraccia et Vacca !
Le Niffru est un petit affluent du Cavu orienté Nord-Sud qui démarre de la crête du tronçon du GR20 Conca - Paliri vers 750m d'altitude et rejoint le fleuve un peu en aval de la confluence Sainte-Lucie - Mela vers 210m. Son originalité est due à la partie entre 510 et 270m où il parcoure un raide canyon rocheux entrecoupé de plusieurs ressauts formant cascades et pouvant suggérer des possibilités de canyoning.
En examinant les anciennes cartes de la région (Plan Terrier et Cadastre Napoléon), on se demande si l'IGN ne s'est pas plantée en nommant "Niffru" le plus à l'Ouest des deux ruisseaux qui descendent de la crête du GR20 : sur les anciennes cartes, c'est celui à l'Est qui est appelé "Niffru" alors qu'il est sans nom sur la carte IGN et que celui de l'Ouest, appelé Niffru par l'IGN, est dénommé "ruisseau de la Punta dell'Ora" sur le Plan Terrier et "ruisseau de Teghie in Taglio" sur le Cadastre. Emoticone Mais, quel que soit son nom, impossible pour les curieux de merveilles naturelles de ne pas apercevoir l'impressionnante entaille qu'il dessine dans le versant SE de la Punta di Lora, bien visible depuis la piste forestière RD de la Sainte-Lucie lorsqu'on la remonte en voiture.

Cela faisait un bout de temps que je l'avais remarqué depuis mon arrrivée à Sainte-Lucie en 2009, mais ce n'est qu'en octobre 2011 que je découvris le moyen de l'approcher par le haut en explorant une sente de chasseurs qui y montait depuis le sentier au bout de la piste du réservoir de Radichella (Cf. article du Blog Sentes de chasseurs du Haut-Cavu). Ensuite, il me fallait, soit trouver un partenaire pour le descendre en canyoning, soit le remonter en ravinisme solo pour voir si cela passait. Ce n'est que bien plus tard que je trouvai l'occasion d'essayer cette remontée, début juillet dernier, qui est relatée dans cet article.

La carte du Haut-Cavu partie Lora-Radichella avec le canyon du Niffru Vous pouvez consulter sur la gauche de la page la carte de la région Lora - Radichella du massif de San Martinu dans le Haut-Cavu pour visualiser le tracé de la remontée du canyon et des accès aller et retour, y compris un départ de secours en cas de fermeture des pistes RG du Cavu.

Lire la suite...

samedi 02 août 2014

Punta di I Cavalletti et bergeries de Vitelille

Sentier de la crête Vaccia - Cavalletti : Punta di I Cavalletti Une autre randonnée réalisée début juillet dernier avec Olivier, très facile par son parcours d'arête normal mais située dans une région bien déserte de la Corse. Entre le Cuscionu à l'Est et l'Istria à l'Ouest, le col de la Vaccia n'est quasiment fréquenté que par les automobilistes qui empruntent la D69 pour relier Auddè (Aullène) à Zicavu en se rendant de l'Alta Rocca en vallée du Taravu. La randonnée y est pourtant assez facile un peu partout, de part et d'autre de la crête que le col coupe entre la Punta di Sistaja et la Punta di Giuli, avec un maquis relativement aisé à négocier à cette altitude (1200 - 1400m).
L'une de ces possibilités est le parcours en aller-retour depuis le col de la Vaccia du sympathique sommet de Punta di I Cavalletti (1414m) par l'arête Nord...

C'est ce que m'avait proposé Olivier, une première fois début juin, annulée pour cause d'intempéries annoncées "cataclysmiques" par la météo locale, une deuxième fois fin juin où nous avons pu essayer ce parcours en le corsant d'une visite de bergeries oubliées pour arranger une boucle plus variée que l'aller-retour standard.

Une belle occasion de randonner ensemble avec un point de départ satisfaisant pour deux randonneurs venant de deux extrémités différentes de l'île ! Et une occasion de visiter une région que, pour ma part, je ne connaissais que très peu, sauf du côté Cuscionu...

Carte des alentours du col de la Vaccia avec le parcours de Punta di I Cavalletti et sa variante de départ Vous pouvez consulter sur la gauche de la page la carte de la région du col de la Vaccia avec le tracé de l'itinéraire de la Punta di I Cavalletti et de la variante spécialement empruntée au départ pour aller explorer les bergeries de Vitellile.

Lire la suite...

mercredi 23 juillet 2014

Hameaux ruinés de l'Extrême Sud

Hameau de Pruna : 3ème grande maison ruinée Encore un peu d'archéologie, pas trop lointaine puisqu'il s'agit de retrouver les premières maisons à étages corses qui datent du XVIIIème siècle. Malheureusement, les hameaux que constituaient ces belles demeures sont souvent oubliés et difficiles à retrouver entre absence de sentier et enfouissement par le maquis !

Le même contact Internet indiqué dans l'article sur le Castellu di Nota m'a permis de visiter deux hameaux de ce genre, oubliés dans les environs de Porto-Vecchio et dont Paul avait pu m'indiquer les informations permettant d'y accéder.
En y ajoutant le site de Pastricciola, hameau de belles bergeries au Sud de la Cagna, c'est trois hameaux ruinés que j'ai pu visiter en juin et juillet derniers :

Chacun de ces hameaux est décrit dans l'article qui suit avec photos, cartes et informations d'accès qui permettront à ceux qui s'intéressent à ce type de patrimoine d'aller les visiter, avec tout le respect qu'ils méritent...
Compte tenu du peu d'informations (quasiment aucune !) que j'ai pu obtenir sur l'histoire de ces trois hameaux, espérons que des insulaires ou historiens cultivés pourront intervenir sur ce blog et nous donner un résumé de l'histoire de l'un ou l'autre de ces différents patrimoines.

Lire la suite...

dimanche 20 juillet 2014

Les crues exceptionnelles de 1993 en Corse

 

Un article très particulier cette fois-ci et pratiquement complètement en dehors de l'activité Corse sauvage : les crues centennales dévastatrices de la Toussaint 1993 en Corse-du-Sud !

Les 31 octobre et 1er novembre 1993, la façade orientale de la Corse a été frappée par un épisode pluvieux d'une ampleur et d'une intensité exceptionnelles, atteignant les proportions d'un véritable cataclysme aux lourdes conséquences : nombreuses victimes, terres agricoles et multiples équipements dévastés,... Aéroports, lignes ferroviaires, ponts, téléphones, réseau EDF, alimentation en eau,... tels qu'en témoignent les archives des médias insulaires et nationaux.

C'est essentiellement une vidéo compilant les différentes séquences disponibles sur le site de l'INA qui vous donnera une idée de l'ampleur de la catastrophe à l'époque ! Tout habitant de Sainte-Lucie qui a connu cette épisode climatique ne peut que prier pour qu'il ne se reproduise pas de sitôt...

Lire la suite...

mercredi 16 juillet 2014

Le Castellu di Nota, un site archéologique près de Porto-Vecchio

Ruines du castellu médiéval de Nota Un article, court en texte mais avec pas mal de photos, sur un site archéologique médiéval méconnu de la région de Porto-Vecchio : le Castellu di Nota. Situé à 2/3 km à l'Ouest de la troisième commune de l'île, Nota est un petit hameau localisé à l'écart de la route secondaire joignant la route de Muratellu à celle de Palavese et surplombé par un petit piton rocheux 50m au-dessus (piton coté 133 par IGN). Le sommet de ce piton abrite les ruines encore bien visibles d'un castellu du Moyen-Âge pour lequel je n'ai trouvé aucune information quant à son histoire.

Un contact via Internet avec un habitant de Porto-Vecchio m'avait permis de connaître l'existence de ce site et de savoir qu'il était accompagné d'une demi-douzaine d'orii à proximité : je remercie Paul de m'avoir envoyé ces informations qui permettent de savoir que certains sont encore curieux de leur vestiges patrimoniaux et essaient de les faire connaître aux autres !
Pas de carte pour ce site dont la localisation est évidente et où il vous faudra faire preuve d'un peu d'initiative et de capacités d'exploration pour vous y rendre... Attention, les alentours en contrebas du piton rocheux, en particulier le domaine où est située la majorité des orii, font partie de propriétés privées qu'il serait souhaitable de voir les visiteurs (rares actuellement !) respecter !

Lire la suite...

mardi 08 juillet 2014

Raid Ascu - Popolasca mai 2014 (David ABADIE)

Crête Barcalinu-Cornodello : l'arête Sud du Cornodello Un article d'une veine bien différente de celle habituelle de ce blog, puisque c'est le récit relaté par David Abadie de son raid en boucle de fin mai dernier à partir d'Ascu en traversée dans le massif de Popolasca et la crête de Serra Piana. Pour ceux qui ne connaissent pas David, il suffit d'aller visiter son site Internet, Take a walk on the wild iceland (et ailleurs), pour savourer le style inimitable de ce passionné d'aventures nature en solo, amoureux de l'Islande, mais aussi, plus curieusement, de la Corse, à laquelle il rend visite plusieurs fois par an (la dernière fois pour passer Noël 2013 dans la tempête au refuge de Paliri !)...
Malgré ses déboires de l'an dernier dans le massif de Bavella sur un projet d'itinéraire sans doute trop ambitieux ou optimiste (Cf. 01/05: la bonne journée de m... Polischellu - Ferriate et les pages qui suivent du 01 au 05/05/2013), Bigfoot avait décidé de récidiver cette année en concoctant de nouveau un itinéraire "abracadabrantesque" de son cru dans un autre massif, celui de Popolasca ! En dépit de conseils multiples du genre "Non, la ligne droite entre deux points n'est pas obligatoirement un parcours praticable en Corse...", il m'avait envoyé un projet de raid en 4/5 jours, improvisé à la lecture sur le blog de l'article d'Olivier, Grande boucle sauvage du massif de Popolasca par Vetta di Muru et à l'examen alcoolisé Emoticone des recoins d'une carte IGN datant des années 40 ! Le moins qu'on puisse dire est qu'il semblait "sauvage" et doté d'une ambition et d'un optimisme à toute épreuve : comme il le disait dans un de ses mails, Ca passe pas, y'a des passages rédhibitoires, c'est sûr !. Ne pouvant trop lui donner des retours sensés sur ce massif que je connais peu, j'avais transféré ce projet à Olivier (Hespel) qui m'avait retourné son opinion de la manière suivante : J'ai compris son raisonnement à Big foot. Il pense que s'il y a de la forêt, même la plus ténue qui soit, des barres rocheuses avec des ravins pour les contourner (car ils sont là pour ça) et qu'il y a du vert clair sur la carte, c'est que ça passe forcément. Ouip, c'est le piège de la carte et de géoportail, on croit que... et c'est l'enfer....

Obstiné qu'il est, tout cela n'a pas empêché David de tenter (et réussir !) ce raid, avec quelques improvisations par rapport à son projet initial et malgré une météo peu favorable (orages !).
C'est son récit que vous allez pouvoir lire ci-dessous, recueilli quelques jours après son retour et accompagné des photos prises durant le séjour. Ecrit dans un style "épique" digne des plus grands alpinistes des Alpes, Lionel Terray dans "Les conquérants de l'inutile" ou Walter Bonatti dans "A mes montagnes", on pourrait croire que ce n'est pas la peine d'aller se risquer sur des pentes verticales alpines pour se donner de l'adrénaline et que la randonnée "sportive" et en solo en Corse est bien suffisante pour cela...
Moi-même, plutôt adepte de ce type de randonnée, j'en suis plus que jamais persuadé !

Emoticone

Le sommaire de cet article, organisé par journée :

La carte Asco-Popolasca avec la trace GPS du raid Vous pouvez consulter sur la gauche de la page la carte des régions d'Ascu et Popolasca avec la trace GPS du parcours réalisé par David.

Lire la suite...

vendredi 13 juin 2014

Circuit Lavigliolu - Bergeries du Valdu Niellu

Le petit lac du Lavigliolu Il y avait bien longtemps que je n'avais pu écrire un article pour décrire une randonnée digne de ce nom réalisée par moi-même ! Cette fois-ci, j'en ai la possibilité puisque j'ai pu accompagner Olivier et Victor, dans un court mais rude circuit dans le Niolu qui nous a permis :

  1. Le petit lac du Lavigliolu de monter jusqu'au laquet du Lavigliolu dans le versant Nord de Punta Artica
  2. Une des bergeries d'Arenucciu de visiter trois ou quatre hameaux de bergeries abandonnées dans ce même versant...

Une occasion de randonner ensemble comme nous cherchions à le faire depuis l'année dernière, sans réussite à cause de mes genoux récalcitrants, tout en parcourant en traversée un versant bien raide et bien sauvage, pratiquement oublié par les cartes (le lac n'est pas nommé sur IGN), les topos-guides (le guide Glénat Haute-Corse indique le lac de Lavigliolu en trois lignes accompagnant le parcours du lac de Ninu - it. n°33 et il est indiqué par Alain Gauthier dans Lacs et sommets de Corse) et les randonneurs, même si nous avons eu la surprise d'en croiser aux bergeries d'Arenucciu.

Lire la suite...

dimanche 11 mai 2014

Corse "pas très sauvage" 2013

Le dispositif de rotation du moulin de la Tartagine Pour en terminer avec les randonnées 2013, pas très nombreuses, voici un résumé de quelques parcours classiques en "Corse pas très sauvage" réalisés en famille l'année dernière :

Une occasion de visiter ou re-visiter des itinéraires souvent décrits dans les guides insulaires et à la portée des randonneurs familiaux et/ou débutants...

Lire la suite...

vendredi 18 avril 2014

Guides Glénat Multi-Evasion Haute-Corse et Corse-du-Sud

Guide Glénat Multi-Evasion Haute-Corse Guide Glénat Multi-Evasion Corse-du-Sud

Un article un peu particulier cette fois-ci puisqu'il n'est destiné qu'à signaler la parution très prochaine de deux nouveaux guides de randonnée sur la Corse dans la collection des Guides Multi-Evasion de Glénat :

Comme vous pouvez le constater en visitant le site Web des Éditions Glénat, ces deux guides ont été conçus et rédigés par Charles et moi-même et il m'a semblé nécessaire d'en faire un minimum d'explication et de promotion dans la suite de cet article...

La date de parution annoncée est le 23 avril prochain (2014 !), et, donc, avec les délais d'approvisionnement des librairies depuis Grenoble (localisation des Éditions Glénat), il faudra compter une petite semaine avant de voir ces deux Guides physiquement dans les librairies de Corse et du Continent, donc début mai...
Et, en final, mes remerciements à ceux qui ont accepté de compléter nos photos pour des parcours où les miennes étaient trop anciennes : Victor Gomis, Olivier Hespel, Georges Welterlin, Arnaud Dedryvère, Bernard Lheureux, Thérèse Decroock et Thierry Faivre !

Lire la suite...

samedi 29 mars 2014

Autres balades 2013

L'oriu de Sapara Altagna Outre les aventures archéologiques racontées dans l'article précédent, voici quelques autres balades peu connues accomplies en 2013 dans le Sud de la Corse :

Carte du parcours de la montée à Punta Sant'Andria depuis Capu près de Lecci Carte des environs de Chisa avec le chemin pour monter au site de Sapara AltagnaVous pouvez consulter les deux cartes de ces randonnées et leurs itinéraires avec la carte de la région de Lecci et la Punta Sant'Andria sur la gauche et la carte de la région de Chisa avec la localisation du hameau de Sapara Altagna sur la droite de cette page.

Lire la suite...

lundi 10 mars 2014

Aventures archéologiques 2013

Le palatinu du Castellu di Valle Même si 2013 n'a pas été une grande année pour "Corse sauvage", elle a tout de même été l'occasion de quelques explorations archéologiques dont certaines ont été assez fructueuses. L'article ci-dessous essaie d'en résumer les principales caractéristiques avec, données dans l'ordre chronologique, tout un ensemble de précisions sur les activités correspondantes :

Lire la suite...

samedi 01 mars 2014

Corse sauvage en 2013 et news insulaires

 

Les articles n'étant pas légions ces temps-ci sur le Blog, c'est avec plaisir que je reprends la souris pour l'article annuel devenu traditionnel sur les performances de Corse sauvage et les évènements de l'année passée. A l'inverse de l'année 2012, 2013 aura été pour mon compte une année blanche avec une saison bien pourrie par des problèmes de douleurs aux deux genoux que je n'avais jamais connus antérieurement. Résultats : une saison où je n'ai pu faire que des randos de moins de 4 heures et sous anti-inflammatoires ! Et, depuis décembre dernier, des douleurs permanentes à la marche même normale...

En conséquence, une année peu active pour les réalisations sur le terrain, avec, donc, moins d'articles sur ce site (heureusement qu'Olivier est venu à la rescousse dés le mois d'avril pour décrire des itinéraires originaux !). Comme, en outre, j'ai passé toute la fin d'année depuis septembre à écrire deux guides de randonnée pour la collection Multi-Evasion des Editions Glénat, en reprenant et complétant avec Charles Pujos l'édition de 2001 qui s'appelait alors Guides Libris, je n'ai eu que peu de temps à consacrer à mes site/blog "Corse sauvage"...
D'ailleurs, de fait, j'ai encore quelques articles à produire concernant les quelques réalisations que j'ai pu faire l'année dernière !

Sur le plan informatique, une année encore sans problème : pas de panne, pas d'incident, des statistiques complètes, aucune migration et des évolutions techniques limitées.
Comme les années précédentes, les chiffres des statistiques de consultation sont complétés des éléments de l'année sur mes activités en Corse, ainsi que quelques nouvelles de l'île à travers des contacts ou des consultations Internet :

L'article est illustré au début par les graphiques des visites et pages vues du site depuis 2005, ouverture du site Corse sauvage (11/2005 pour le Site et 11/2006 pour le Blog) : au 31/12/2013, en global pour Site et Blog, 670.000 visites (+ 46%) et 2.260.000 pages vues (+ 48%).
En moyenne dorénavant, plus de 1.860 visites/jour et 55.800 visites/mois, en forte hausse par rapport à 2012 ! Emoticone

Lire la suite...

mercredi 05 février 2014

Les ravins d'I Signori

Le couloir de descente du ravin SE de la Signore Orientale Le premier contact que j'ai eu avec Dumè (Martinetti) date d'un commentaire qu'il avait mis le 10 mars 2011 sur le site et où il me signalait que "Quelques itinéraires vers I Signori et Capu d'Ortu mériteraient d'y figurer"... Je lui avais répondu que j'en convenais aisément puisque je n'avais fait que des parcours proches des Calenche ou la voie normale du Capu d'Ortu indiquée dans tous les guides et pensais que ce à quoi il faisait allusion ne pouvait être que des voies d'approche de grimpeurs en mal de voies d'escalade hors des falaises battues ! Il m'avait alors envoyé une carte du massif bien prometteuse avec l'indication de tout un tas de parcours tout à fait alléchants que je m'étais promis de faire un jour avec lui après nos aventures archéologiques de l'année 2011. Je pensais bien y arriver début juin 2013 où je devais passer une semaine à Porto, mais mes ennuis de genoux déjà en cours m'empêchèrent de tenter quoi que ce soit et de l'appeler à cette époque !
C'est donc finalement Olivier (Hespel), l'autre Ajaccien de Corse sauvage, qui a pu profiter d'un de ces parcours sauvages en accompagnant Dumè cet hiver dans une traversée des ravins au Nord des Tre Signori lors d'un périple hivernal en janvier de cette année. Le choix de cette saison fait sans doute apparaître cette "randonnée" comme un peu plus glauque qu'elle ne doit l'être en plein été... et je lui laisse le soin de raconter cette histoire dans la suite de l'article...

Carte du massif des Signori et du Capu d'Ortu avec le parcours des ravins Nord Vous pouvez consulter la carte sur la gauche de la page pour visualiser le tracé du parcours d'Olivier et Dumè durant cette traversée originale !
En examinant la carte, on se rend compte que cet itinéraire n'est pas d'une évidence flagrante et qu'on aurait eu du mal à l'imaginer sans être motivé par des objectifs soit de recherche archéologique, soit d'approche de voies d'escalade. Il permet tout de même de passer à ce col évident vers 868m entre la Signore Centrale (1146m) et la Signore Orientale (950m) nettement moins élevée. Avant, en passant sous la Signore Occidentale, les grimpeurs ne pourront s'empêcher de jeter un coup d'oeil sur la proue NW à la célèbre voie de Pierre Pietri et Martial Lacroix de 1992, "Tangue au coeur des rêves", une voie toujours considérée comme l'une des plus belles et plus difficiles de l'île...

Lire la suite...

dimanche 17 novembre 2013

Boucle des ravins de Carciara - Frassiccia - Bonifacio - Figa

Dans le ressaut rocheux du ravin de Bonifacio Voici encore la description d'une "randonnée" que je n'ai pas pu faire personnellement, même si j'en assure la rédaction, et qui m'a été retransmise par Laurent (mon fils) qui l'a réalisée en solo le 13 août 2013. A l'époque, mes genoux ne m'ont pas permis de l'accompagner comme prévu dans cette exploration qui consistait à relier les ravins de Frassiccia (celui qui descend de Bocca di Fumicosa) et de Figa (celui qui descend de Bocca di Lariciu sous la Punta di Bonifacio vers le Finicione) par un ravin sans nom sur la carte IGN. Laurent connaissait déjà pas mal le coin puisque ayant remonté en août 2012 le ravin de Velacu jusqu'au "Tafonu di u Cumpuleddu" (Trou de la Bombe), donc en passant à la confluence avec le ruisseau de Frassiccia, et en ayant parcouru presque tout le Vangone di a Figa (celui que j'avais baptisé Vangone di u Lariciu avant de trouver son ancien nom sur le Plan Terrier, non repris par IGN) quelques jours auparavant. Il ne restait donc que ce ravin sans nom à découvrir, celui qui monte depuis le ruisseau de Frassiccia au-dessus de la grande cascade et qui débouche à Bocca di Lariciu...
Carte extraite du Plan Terrier pour le Haut-Cavu avec les ruisseaux de Carciara, Frassiccia, Bonifacio et Figa Carte reconstituée à partir du Cadastre Napoléon avec les ruisseaux de Carciara, Frassiccia, Bonifacio et Figa En consultant les anciennes cartes, il s'avère comme toujours que ce ravin y portait un nom, comme pratiquement tous les ruisseaux qui y sont portés. En effet, si l'on ne trouve rien d'autre sur le Plan Terrier que la dénomination "Vangone d'Aracale" pour le ruisseau de Frassiccia et ses affluents, sur le Cadastre Napoléon le ruisseau du ravin en question est dénommé "Bonifacio", ce qui semble assez adapté à sa situation sous l'aiguille... Voir les deux cartes ci-contre avec le tracé du parcours en boucle de Laurent : à gauche, le Plan Terrier de 1770, à droite, le Cadastre Napoléon de 1885 concaténant trois cartes au 1/4000ème, deux sur Conca et une sur Zonza. Ne pas hésiter à zoomer sur les cartes agrandies (où à les télécharger) afin de voir détails et textes d'origine, la résolution permet normalement de tout bien distinguer.

Carte du Haut-Cavu avec les ruisseaux de Carciara, Frassiccia, Bonifacio et Figa Vous pouvez consulter la carte IGN sur la gauche de la page pour visualiser le tracé du parcours de cette boucle, à comparer avec ce qui a été tracé sur les anciennes cartes ci-dessus.

Lire la suite...

dimanche 20 octobre 2013

Exploration à la Punta di a Spusata

Le hameau de Muna dominé à gauche par le massif de la Punta di a Spusata (invisible) et à droite par le Monte a u Capu Pour varier un peu après les multiples articles d'Olivier (Hespel !), qui en a encore tout un tas en réserve (!), voici la diffusion d'une exploration que j'avais réalisée le 20/07/2006 lors de vacances à Sagone pour explorer le massif de la Punta di a Sposata avec l'objectif de monter au sommet de cette cime qui n'a sans doute pas été escaladée par beaucoup de monde !
J'avais déjà écrit l'article alors, mais l'avais mis comme "Page spéciale" sur le Blog, ce qui semble en atténuer la visibilité... Compte tenu de l'intérêt de l'objectif, de la beauté et de la sauvagerie de ce massif peu connu et peu fréquenté, il me semble obligatoire de le faire paraître parmi les articles standards du Blog.

Cette pointe très difficile à approcher et, sans doute aussi, très délicate à réaliser dans son escalade finale (qui doit dépasser le 4 et imposer l'usage de la corde), m'avait été suggérée bien entendu par Charles (Pujos) qui s'y était plusieurs fois cassé les dents en essayant différentes approches à partir de Muna qui avaient toutes échoué dans un maquis décourageant. Et comme, cette année-là, une semaine de mes vacances se déroulait à Sagone, l'opportunité m'avait été offerte de me confronter à cette Punta di a Sposata et son sommet si difficile à atteindre. Sept années après, je n'ai toujours pas trouvé l'occasion d'y retourner (Charles non plus, je pense !) et je n'ai toujours pas été informé de quelqu'un qui ait réussi cette ascension et m'en ait indiqué les détails. Seul, Fred Bruschet, grimpeur-randonneur d'Ajaccio, nous a laissé à l'époque un vague commentaire pour signaler qu'il avait réussi cette ascension, mais il n'a ensuite jamais répondu à nos questions, ni confirmé des détails de l'approche et de l'ascension (?). Une occasion peut-être de réparer cet oubli cette fois-ci ?

Carte du massif de la Spusata entre Murzu et Muna Vous pouvez consulter la carte sur la gauche de la page pour visualiser le tracé de cette approche d'A Punta di a Spusata.

Lire la suite...

mardi 01 octobre 2013

Le Turone par les bergeries de Bradani (Olivier HESPEL)

Le massif de Popolasca avec les contreforts W de Punta Cavallare au-dessus du ravin du Negrettu Encore un article d'Olivier, qui nous propose cette fois un retour dans le massif de Popolasca mais avec un accès détourné en le rejoignant depuis le début de la vallée d'Ascu et les environs de Moltifao via une montée aux bergeries de Bradani et Bocca di a Scaffa. Tout cela pour terminer par l'ascension du Turone qui semble assez aisément accessible au randonneur moyen... quand il en trouve la voie normale !
Une belle occasion de visiter les alentours du ravin du Negrettu, de manière détournée malheureusement puisque le sentier ne le cotoie qu'au départ et n'y revient que pour le traverser avant d'arriver à Bradani. Ce ruisseau se descendait pourtant à une époque en canyoning, mais au prix de traversées de propriétés privées qui ont posé tellement de problèmes que les topos corses en ont tous abandonné la description et le déconseille... Cela explique aussi sans doute cette montée détournée aux bergeries qui évite elle aussi de passer de traverser ces mêmes propriétés !

Carte du massif de Popolasca avec le parcours du Turone par BradaniMais cela reste de toute manière une façon originale de pénétrer dans ce massif incroyable qu'Olivier compare à Bavella dont il a au minimum la similitude d'être parcouru de ravins gigantesques et colorés.
Vous pouvez consulter la carte sur la gauche de la page pour visualiser le tracé d'Olivier durant le parcours de cette approche et ascension du Turone.

Lire la suite...

- page 1 de 9